La vérité en procès : le juge et la vérité politique

Du Thursday 8 Dec 2011 au Friday 9 Dec 2011

La vérité, comme enjeu collectif, fait l’objet d’assauts en tous genres: des lois définissent des « vérités » sur l’histoire à l’intention du juge à travers la pénalisation du négationnisme ou « pré-qualifient » des faits historiques à l’instar de certaines lois mémorielles; à l’inverse, des justiciables somment le juge de se prononcer sur la nature de régimes politiques, ou se parent eux-mêmes de son décorum dans des mises en scène telles que les tribunaux d’opinion, lorsqu’ils cherchent à établir la reconnaissance politique d’une vérité. Le juge se trouve confronté à des lois qui semblent verrouiller la vérité collective en l’imposant généralement et durablement à tous les acteurs, alors même qu’il est aussi de plus en plus perçu par la société comme une ressource politique pour établir, renforcer ou concurrencer une vérité officielle, au point que les citoyens cherchent parfois à s’approprier sa fonction.

La tension entre ces deux tendances – qui renvoient à la fois à la légifération sur la vérité et à la judiciarisation de l’action politique – est-elle paradoxale ? Que dit-elle des rapports, dans notre société, entre, d’une part, la vérité supposée neutre et partagée et, d’autre part, l’action politique par définition partiale et engagée ? Et quel rôle le juge est-il amené à jouer dans l’articulation de la vérité et de la politique.

Programme complet

Ecouter les conférences

Centre de Droit Public © 2021 All Rights Reserved

Delivered by Studio RVB