Carnet de crise « hors-série » : L’État belge face à la pandémie de Covid-19 : esquisse d’un régime d’exception

La période de confinement que traversent actuellement la Belgique et la plupart des pays est inédite à bien des égards.

En particulier, sur le plan juridique et politique, cette situation engendre un nombre important de procédures exceptionnelles et l’adoption de mesures largement dérogatoires au droit commun. Qu’il s’agisse des pouvoirs spéciaux qui bouleversent l’équilibre traditionnel entre nos pouvoirs constitués ou des mesures adoptées pour limiter l’impact de la crise sur le budget de la sécurité sociale, les dispositifs extraordinaires se multiplient.

Afin de mieux comprendre ce qui se joue sous nos yeux, le Centre de droit public de l’ULB vous propose son Carnet de crise : régulièrement, ses membres mettront en ligne analyses et commentaires de ces dispositifs sous une forme accessible.

Bien entendu, les propos diffusés dans ce cadre n’engagent que leur auteur et autrice et non l’ensemble du CDP.

Face à la pandémie de Covid-19, la Belgique prend des mesures fortes, qui répondent à l’obligation juridique des États de réagir face à un risque pour la vie. Les circonstances n’en mettent pas moins les institutions dans une situation d’exception. En effet, elles posent des questions de droit constitutionnel qui touchent aux traits majeurs de l’État belge.

En Belgique, apporter une réponse centralisée à une telle crise sanitaire et à ses conséquences dans divers domaines est compliqué par le partage de compétences en vigueur entre les différents niveaux de pouvoir. Depuis la mi-mars 2020, des solutions originales sont mises en œuvre pour associer l’autorité fédérale et les entités fédérées (Régions et Communautés) à une prise de décision concertée.

Les rapports entre les assemblées législatives et les pouvoirs exécutifs connaissent des évolutions considérables, qui ébranlent jusqu’aux principes du régime parlementaire belge. La crise du coronavirus a poussé de nombreux partis à accorder leur confiance à un exécutif fédéral très minoritaire et jusqu’alors chargé d’expédier les affaires courantes. Elle a aussi conduit à un important transfert de pouvoirs – tout aussi provisoire qu’impressionnant – des parlements au profit des gouvernements. À cet égard, le recours aux pouvoirs spéciaux à presque tous les niveaux institutionnels de l’État belge est un événement hors du commun.

La crise sanitaire du Covid-19 amène également les pouvoirs publics belges à limiter considérablement les droits et libertés fondamentaux des citoyens, à une échelle inédite en temps de paix.

Si les motivations de toutes ces mesures sont compréhensibles, de nombreuses questions juridiques se posent, notamment sur le plan du droit constitutionnel. Avec ses collègues Frédéric Bouhon, Andy Jousten et Xavier Miny (Université de Liège), Emmanuel Slautsky, professeur au Centre de droit public, livre une première analyse « à chaud » de ces mesures dans un Courrier hebdomadaire du CRISP (Centre de recherche et d’information socio-politiques) qui vient de paraître. Exceptionnellement, cette publication est dès à présent accessible librement sur le site du CRISP.

L’État belge face à la pandémie de Covid-19 : esquisse d’un régime d’exception,
Courrier hebdomadaire du CRISP, F. Bouhon, A. Jousten, X. Miny, E. Slautsky, 53 p., 2020.

Centre de Droit Public © 2021 All Rights Reserved

Delivered by Studio RVB